publicité

J'ai vu pour vous le 1er épisode de "La maison d'à côté"

  • Par Mathieu Simond
  • Publié le 23/04/2013 | 17:25, mis à jour le 10/02/2014 | 17:35

C'est toujours excitant un pilote qui débarque à l'antenne ! En avant-première et en exclu, voici le premier épisode raconté, vu à l'instant, pour vous !

Méfiez-vous des apparences...
Méfiez-vous des apparences...
Un couple solide, un couple parfait. Mais derrière la façade...
Un couple solide, un couple parfait. Mais derrière la façade...
C'est toujours excitant de démarrer une nouvelle série. On ne sait jamais trop sur quoi on va tomber surtout si, comme moi, on se refuse à aller chercher les "spoilers" sur internet. J'aime démarrer totalement vierge de toute information : je ne sais absolument rien sur la série qui démarre, sauf son titre !

"La maison d'à côté" démarre très, très fort dès son générique. C'est visiblement une série plus orientée polar que d'habitude, un peu sombre, un peu moins romantique. Pas moins que deux cadavres en un seul générique, il faut arriver à les placer ! 

Oh, c'est juste une petite villa de vacances, trois fois rien, on a 11 chambres à peine...
Oh, c'est juste une petite villa de vacances, trois fois rien, on a 11 chambres à peine...


La série démarre sur un mariage, dans une très belle maison de Miami (Floride et non "Florida" comme dit le monsieur qui double), le mariage d'Ignacia et de Gonzalo. C'est le deuxième mariage d'Ignacia, Adolfo son premier mari est mort récemment et ce mariage aussi vite après le décès fait jaser autour d'elle. Les deux témoins à son mariage sont Javier, son avocat et voisin ainsi que Carola, sa petite soeur. 

Gonzalo, le mari, se fait alpaguer dès les premières minutes par le jardinier Pedro qui lui conseille de fuir pendant qu'il est encore temps ! Ambiance ! Cette remarque un peu sombre fait écho à la présence "surnaturelle" qui semble les espionner, du premier étage, pendant la cérémonie. Plusieurs fois le rideau se soulève : oui, ils sont observés. En fait, il y a bien une ombre au premier étage, l'ombre d'un homme nommé Leonardo, lourdement handicapé, en fauteuil. Leonardo est le frère jumeau d'Adolfo et, muet, il souffre d'être tenu à l'écart de tous. Ignacia le garde auprès d'elle car elle ne souhaitait pas le placer dans un hospice, après la mort brutale de son frère. Elle a été conseillé en ça par Pilar, la femme de Javier, qui est psychologue de son état.

Un handicap un peu trop lourd pour être réel, non ?
Un handicap un peu trop lourd pour être réel, non ?


Pilar et Javier ont un fils, Diego, qui est harcelé physiquement et moralement : on le frappe, il reçoit des emails de menace. Sa vie scolaire est cahotique et Javier le reproche à sa femme constamment car, selon lui, elle en fait un fils à maman qui ne saurait pas se défendre. Javier est agacé car, au boulot, en tant qu'avocat des intérêts financiers de la famille d'Ignacia, on vient de lui retirer la gestion de tous les hôtels du groupe. Le père d'Ignacia, Don Renato, désire intégrer son nouveau gendre dans la bonne marche des affaires et lui confie donc le portefeuille, ce qui met Javier hors de lui.

Ignacia est peintre : dans son atelier, au bout du jardin de la luxueuse propriété, en secret, elle peint d'immenses toiles de son défunt mari qu'évidemment Gonzalo va trouver. Cela le mettra dans une rage noire : il a l'impression qu'on lui ment sur tout ! D'abord ce Leonardo en fauteuil, au premier étage, puis la mort d'Adolfo dont il apprend qu'elle est en fait un suicide (Carola, la soeur d'Ignacia, lui a tout avoué) et puis enfin ses toiles...et les absences inexpliquées de sa femme, en pleine lune de miel. Il y a de quoi être furieux.

Jeune mariée mais pas du tout fidèle...
Jeune mariée mais pas du tout fidèle...

Ignacia pourrait nier mais la caméra la suit dans un très grand hôtel de Miami Beach où elle se déshabille et se donne, nue, à un homme dont on ne voit pas le visage. Jolie mentalité pour une jeune mariée...Cependant, pendant son petit "cinq à sept", un drame surgit sur la propriété. Pedro, le jardinier qui en savait trop et voulait faire décamper Gonzalo, a été retrouvé mort par terre, sur l'herbe ! Quelqu'un ou quelque chose lui a réglé son compte. L'enquête policière démarre à peine que Eva, la femme de Don Renato, manigance déjà pour entraver le cours de la justice, rencontrant en secret le policier chargé de faire éclater la vérité pour le soudoyer avec de grosses liasses.

Gonzalo, qui a suivi sa belle-mère et photographié la scène est abasourdi : quelle est donc cette famille de fou ? Alors qu'un maniaque s'introduit dans la propriété, à la nuit tombée, pour déchirer au couteau les toiles d'Ignacia, nous apprenons qu'Adolfo ne serait pas mort.

Un compte en Suisse, c'est d'un ringard. Rien ne vaut une bonne liasse en liquide !
Un compte en Suisse, c'est d'un ringard. Rien ne vaut une bonne liasse en liquide !

Que de questions à la fin de ce premier épisode !


- Dans quelle direction va partir la série ? Polar ? Malédiction ? Vengeance amoureuse ? Trahison familiale ?
- Leonardo est-il vraiment malade ?
- Adolfo est-il l'homme qu'a rencontré Ignacia pour lui faire l'amour à l'hôtel et si oui, pourquoi dit-on qu'il est mort ?
- Que cache donc le pot de vin d'Eva au policier ?

En un mot : haletant ! Vivement l'épisode 2 :)

Partagez :

les animateurs

L'expert télénovelas

Mathieu Simond est fan de TV et plus particulièrement de séries, toutes les séries.
Sa série préférée : Brothers & Sisters.
Il a 29 ans et habite depuis peu à Paris mais il préfère le bord de mer (de préférence avec grosses vagues, option surf incluse !).

publicité

Lieu de tournage

Stars & Novelas tourne régulièrement ces émissions à l'hôtel Pulitzer à Paris.

vos émissions tv